On prend l’apéro?

abreuvoir-bar-gourmand-and-terrasse-terrasse

Salut!

Il semblerait que cette année Dame Nature joue avec nos nerfs et ne semble pas se décider à se brancher sur le mode printemps une bonne fois pour toute. T’sais, le printemps, la fameuse saison ou normalement il fait beau, pas trop chaud, ou on range enfin le manteau d’hiver et ou on fait fumer les barbecues.
Visiblement pour l’instant on n’est pas rendu là ou alors un jour sur deux dans la semaine. Mais qu’à cela ne tienne, dans ma tête j’ai décidé de tout de même déclarer la saison des apéros ouverte! Parce que bon, on ne déconne pas avec l’Apéro, c’est sacré. #carpediem
Alors voilà, j’ai décidé de partager avec vous mes places préférées pour l’apéro, tous quartiers confondus et de préférence avec une terrasse histoire de s’oxygéner après 6 mois d’hiver et d’hibernation:

  • Alexandraplatz Sans vouloir me vanter j’ai été pas mal avant-gardiste sur ce coup là. J’ai commencé à fréquenter ce bar éphémère et caché dès son ouverture. Au tout début c’était comme une adresse secrête qu’on se refilait sous le manteau. Il faut dire que son emplacement caché au fin fond du mile-ex aidait beaucoup au fait qu’il ne soit pas très fréquenté. Installé dans les entrepôts de la microbrasserie du Vieux-Montréal, ce bar est seulement ouvert l’été. La terrasse installé sur un parking a un côté underground assez sympa et il y aussi quelques places à l’intérieur pour les soirées fraîches ou les jours de mauvais temps. Je ne sais pas si ça sera le cas cette année mais l’année dernière le bar proposait également des tacos faits-maison, on pouvait donc se ravitailler en prenant son apéro. À noter que maintenant le bar est un peu victime de sa popularité (la place n’est pas restée secrète bien longtemps) et il est parfois de plus en plus difficile de trouver une place sur la terrasse.
    6731 de l’Esplanade (coin St Zotique), Montréal (Québec) H2V 4P9CANADA

    Alexandraplatz21-989x659
    Crédit photo: Alexandraplatz
  • Vice et versa:
    Ce chouette bar aux portes de la Petite Italie dispose d’une très belle terrasse (là aussi les places sont chères) ombragée qui rend nos apéros toujours plus agréables. Le choix de bières et de cidres est assez impressionnant et mention spéciale à la bouffe qui, pour de la bouffe de bar, est excellente et faite maison.
    6631, boulevard St-Laurent (coin St Zotique), Montréal (Québec) H2S 3C5

    vice-versa
    Crédit photo: cbernier.wordpress.com
  • Le Helm (microbrasserie)
    Là point de terrasse mais un beau local assez lumineux avec plusieurs places proches de la grande baise vitrée qui s’ouvre durant la belle saison. Je ne saurai trop dire pourquoi mais j’apprécie beaucoup ce bar, peut être parce qu’il me rappelle mes premières sorties lors de mon arrivée à Montréal (c’est l’un des premiers bars que j’ai fréquenté lorsque je me suis installée ici) ou alors parce que je profite toujours de ma visite pour me promener sur la belle rue Bernard que j’adore.
    273 Rue Bernard O (coin Parc), Montréal, QC H2V 1T5

    10467102_337446586404806_4787163268591412053_o
    Crédit photo: Helm Microbrasserie
  • Cul sec (bar à vins-restau-cave)
    Testé dernièrement, le Cul Sec est le dernier bébé du chef Martin Juneau. Installé sur la rue Beaubien il fait partie de ce j’appelle « l’empire Juneau » car ce bout de la rue Beaubien (au coin de St Laurent) est pas mal investi par les différents commerces du chef (la crémerie Monsieur Crémeux, l’épicerie fine Le Petit coin, le Cul Sec et un peu plus loin le restau le Pastaga) Bref, ce bar à vin-restaurant propose une impressionnante sélection de vins natures d’importations privées. Il faut consommer pour pouvoir boire mais pas besoin de trop se forcer tant la carte est alléchante. Mention spéciale à la pieuvre et à leurs huitres d’une fraîcheur incomparable. En plus de cela, si on a apprécié le vin bu sur place, on peut se procurer la bouteille et repartir avec (ce que vous avons fait naturellement…)
    J’ai hâte d’y retourner pour tester les brunchs!
    29, rue Beaubien Est (coin St Laurent), Montréal

    1063522-installe-rue-beaubien-tout-pres
    Crédit photo: La Presse
  • Café Parvis et/ou le Furco:
    On change radicalement de quartier pour s’en aller dans le centre ville, proche de la place des arts. J’avais l’habitude d’y aller pour des 5 à 7 en semaine après le travail mais c’est aussi la place idéale pour prendre un verre et manger une bouchée avant d’aller à un spectacle ou un concert. Le Café parvis est un café-restau et le Furco plutôt un bar-restau, les 2 sont côté à côté et appartiennent au même propriétaire, l’ambiance y est assez hipster-branchée (déco style industrielle et minimaliste signée Zébulon Perron) mais ce sont vraiment 2 belles places.
    L’été la terrasse-potager est vraiment agréable et donne vraiment l’impression d’être dans un petit jardin, on oublierait presque l’agitation du centre-ville.
    Le Café Parvis est également ouvert tôt le matin pour le déjeuner (café, thé et viennoiserie) et le lunch. Le midi la place est prise d’assaut pour venir déguster leurs fameuses pizzas qui sont effectivement excellentes.
    433 Rue Mayor, Montréal, QC H3A

    12289728_440482319470851_7744586997108896117_n
    Crédit photo: Café Parvis

Ceci étant une liste non exhaustive voici d’autres adresses pêle-mêle que j’aime fréquenter: Brasserie Harricana, L’isle de garde, le Laika, Big In Japan, Mme Lee ou le Plan B.

Mes bonnes adresses caféinées

cafe

Et on poursuit notre semaine autour de la thématique « Café ». Après la découverte de l’application Adbeus je vous présente maintenant mes bonnes adresses où j’aime traîner et prendre un café à Montréal.

Et mon choix de café? Un espresso simple et noir la plupart du temps ou un americano.

Moineau masqué
Mon café de prédilection l’été! J’adore venir profiter de sa petite terrasse sous les arbres qui nous donne l’impression d’être coupé du monde. L’ambiance y est souvent studieuse avec beaucoup de personnes qui viennent pour y travailler. Ils doivent être moins contents quand mes amies et moi arrivons et que l’on se met à jacasser…
Le café y est très bon et issu, entre autre, du torréfacteur 49th Parallel que j’affectionne particulièrement.
Mention spéciale à leur thé glacé maison qui est aussi délicieux tout comme les petites pâtisseries offertes sur place.

Toi, moi & Café
Dès que je me promène dans le quartier Griffintown je m’arrête systématiquement à leur boutique de la rue Notre Dame pour y refaire le plein de café et y prendre un espresso. Le choix de cafés y est incroyable et le personnel sur place toujours de bons conseils pour nous orienter en fonction de nos goûts. Je suis une inconditionnelle de ce café torréfacteur.

Le couteau
C’est drôle car la première fois que j’y ai mis les pieds c’était pour y passer une entrevue. Les recruteurs m’avaient donné rendez-vous dans ce cosy café de la rue St Denis. Je n’ai pas eu le poste mais je garde tout de même un excellent souvenir de ce café artisanal où je suis retournée plusieurs fois depuis. Pour les beaux jours, une belle terrasse est installée pour profiter d’un bon café au soleil.

Café Réplika
The place to be pour déguster un café turque. Pour ceux qui ne connaissent pas (café moulu finement, versé dans de l’eau froide puis passé sur le feu avant ébullition), c’est assez spécial mais moi j’adore! Justement, les propriétaires sont d’origine turque et maitrisent à la perfection l’art du café. La déco du local est sobre avec de jolies photos aux murs, l’ambiance est gentiment hipster et la bouffe d’inspiration turque cuisinée sur place est délicieuse.

Il y a tellement de bonnes adresses qu’il me reste à essayer! En vrac et dans le désordre: Moustache Café; Café Odessa; Humble Lion (il est juste à côté de mon boulot, je n’ai pas d’excuse!) ou encore le Soucoupe Café.

La dégustation de vin pour les Nuls

wineistheanswer

Ne vous méprenez pas cet article n’est pas aussi prétentieux qu’il n’y paraît! En fait, cet article pourrait même très bien s’appeler: Le vin c’est pas juste pour les pros ou encore Désacralisons le pinard!

Loin d’être une spécialiste du vin, je me qualifie plutôt comme amatrice. Je suis curieuse en la matière, j’ai eu l’occasion d’assister à des cours, je me renseigne, j’en essaye plusieurs, parfois (souvent) c’est bon et des fois ce n’est pas buvable. Mais peu importe, ces différentes dégustations m’ont surtout permis de façonner mes goûts et d’identifier quels types de vins j’apprécie.
Souvent j’entends dire par mon entourage que le vin c’est compliqué et qu’ils sont vite perdus quand vient le temps de choisir du vin.
Un peu comme si le vin intimidait et décourageait. (enfin, ça c’est avant de l’avoir bu, après on est souvent moins découragé et intimidé…)
Bon alors déjà, qu’on se le dise tout de suite oui, le vin c’est compliqué! Cépages, régions, AOC et cie… si on ne s’est pas renseigné un minimum on est perdu. Mais là où je milite fermement c’est qu’il n’est absolument pas nécessaire d’avoir les connaissances de Robert Parker pour apprécier un vin.

Alors, sans prétention aucune, voici 4 conseils de base (liste non exhaustive) tirés de mon expérience, pour ceux qui seraient intéressés à déguster du pinard sans se prendre le chou :

1) Prenez le temps de sentir et de goûter:

Une fois le verre dans le vin, sentez-le! L’odeur est-elle légère ou plutôt forte? Remuez doucement le vin dans le verre et identifiez les odeurs. Oubliez les descriptions improbables à grands coups de : ça sent la tartine grillée un matin de septembre ou la myrtille compotée un soir de pleine lune, nommez simplement les odeurs et voyez si celles-ci se retrouvent en bouche. Une fois en bouche, sans vous lancer à reproduire les simagrées des sommeliers (c’est pour les snobs ça ;)) gardez le vin un peu en bouche pour en identifier les identifier saveurs. Votre mémoire olfactive est plus performante que vous ne pensez, votre cerveau sera capable de faire ensuite des connections avec d’autres vins que vous auriez bu dans le passé.

2) Ne vous laissez pas influencer!

Le vin que vous dégustez coûte une fortune et tout le monde l’adore alors que vous vous êtes beaucoup moins enthousiastes? C’est normal! Le vin c’est comme la bouffe : chacun ses goûts! Ce qui plaît à certains ne plaira pas à d’autres. Quant au prix, même si il est effectivement souvent gage de qualité ce n’est parfois pas le cas. Et puis surtout, il peut tout simplement ne pas convenir à votre palette de goûts.

3) Prenez des notes!

Si vous buvez un vin que vous appréciez particulièrement (ou pas), relevez son nom, sa région et éventuellement son cépage si celui-ci est mentionné. Si vous l’avez bu en mangeant notez si les aliments que vous avez mangé se mariaient bien avec votre vin. Petit à petit vous allez ainsi élargir votre répertoire et serez capable d’étoffer vos connaissances en la matière. En plus, cela vous permettra de perdre moins de temps, lors de votre prochain à la SAQ lorsque vous serez perdu et l’âme en peine à ne pas savoir quoi acheter pour votre prochain souper.

4) N’hésitez pas à demander conseil lors de l’achat.

Justement, vous êtes l’âme en peine à la SAQ et ne savez pas quoi achetez, demandez conseil! Mentionnez vos goûts, les vins que vous avez bu et apprécié, donnez votre budget et laissez vous guidez (en croisant les doigts pour tomber sur un vendeur qui connaît son métier!) N’hésitez pas à vous laisser conseiller des vins provenant de pays ou de régions que vous n’avez pas l’habitude de boire, c’est souvent comme cela qu’on étoffe ses gouts et que l’on fait de belles découvertes! Si vous sentez le vendeur particulièrement affable, n’hésitez pas à discuter avec lui, ne complexez pas sur le fait que vous pensez ne rien y connaître, c’est souvent en discutant avec les gens du milieu qu’on en apprend le plus.

Allez, santé!

Pour aller plus loin, vous pouvez visionner cette vidéo fort intéressante.

Photo: pinterest