** Concours Fromagerie du Vieux St-François **

10420313_756021714473035_4828319270816329929_n

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais il y a quelques mois je vous avais parlé de la Fromagerie du Vieux St-François dans le cadre de ma rubrique « Les entrepreneurs d’ici ». Cette fromagerie artisanale basée à Laval se spécialise dans la fabrication de fromages au lait de chèvre, mais aussi dans les produits dérivés à base de lait de chèvre comme le yogourt ou encore la gelato. Vous pouvez  relire l’article qui leur était consacré ici.

À l’occasion de ma rencontre avec eux, j’ai eu l’occasion de tester quelques uns de leurs produits et je viens vous en reparler ici. À la base, sachez que je ne suis pas une grande consommatrice de fromage (malgré le fait que je sois Française), j’en consomme à l’occasion mais surtout cuisiné dans les plats. Parmi ceux que je consomme le plus souvent il y a justement le fromage de chèvre, que j’aime en salade ou tout simplement sur du pain grillé. Ceci-dit, je connaissais surtout le fromage de chèvre sous la forme de fromage à pâte molle, cela donc été l’occasion pour moi de découvrir le fromage de chèvre sous toutes ses formes grâce à la large gamme de produits qu’offre la fromagerie.
Voici donc mes produits coup de cœur:

  • Les bouchées d’amour: des petites boules de fromage marinées dans une huile parfumée (j’ai testé celles aux herbes de Provence mais il en existe plusieurs saveurs), lorsque je les ai goûté, je les avais amené chez des amis pour l’apéro et bien croyez-moi, elles n’ont pas fait long feu, tout a disparu en un rien de temps! Elles sont parfaites pour grignoter ou encore dans les salades. Astuce, on peut garder l’huile de la marinade pour en faire une vinaigrette.4380_Bouche-e-d-amour-ciboulette-Fromagerie-du-Vieux-St-Francois
  • La Tomme du Haut St-François gros coup de cœur pour ce fromage à pâte dure que j’ai testé nature, je l’adore râpé pour accompagner mes pâtes ou gratiné sur mes plats de légumes. Ça change de l’emmental, le goût est un peu plus fort et ça donne un petit kick à vos plats.
  • Le cheddar de chèvre. J’ai testé la version nature mais il existe à la saveur romarin,aux tomates séchées et poivres ou encore à l’ail et basilic.
    Il se mange très bien en fin de repas avec du pain, à la Française 😉 ou avec des craquelins à l’apéro. Moi qui suis une amatrice de cheddar classique au lait de vache, j’ai été séduite par cette version au lait de chèvre.4386_goat-cheddar-Fromagerie-du-Vieux-St-Francois*** LE CONCOURS EST MAINTENANT TERMINÉ***

    Et maintenant le concours! Afin de vous faire découvrir ses produits, la Fromagerie a décidé de vous faire gagner un panier gourmand incluant des fromages, des condiments et quelques produits à base d’érable.
    Pour participer, 2 conditions toute simples**:- Suivre la Fromagerie (@fromagerielaval) et La Carafe (@lacarafeblog) sur Instagram.
    – Nous dire comment vous aimez manger votre fromage de chèvre en commentant sous cet article et si vous avez des recettes fétiches à nous partager.
    IMG_20160420_165707Un tirage au sort sera ensuite effectué parmi toutes les participations. N’hésitez pas à partager le concours et bonne chance!

    Fromagerie du Vieux St-François
    4740, Boul. des Milles-Îles,
    Laval (Québec)
    H7J 1A1
    Retrouvez la liste des points de vente ici
    Les produits sont également disponibles via les paniers Lufa.

    **Aucun achat requis. Concours ouvert aux résidents du Québec âgés de 18 ans et plus du 3 mai 2016 à 6h30 am au dimanche 8 mai 11h59 pm. Valeur du prix environ 45 dollars CAD + taxes. Le gagnant sera contacté le lundi 9 mai par courriel puis annoncer sur le blog dans cet article, il est donc de la responsabilité du participant de fournir une adresse courriel valide.
    Le contenu du panier gourmand peut être changé à la discrétion de la Fromagerie du Vieux St-François.
    Le prix est non échangeable et non monnayable

    Le gagnant devra être disponible pour aller chercher son prix au Marché Jean Talon à Montréal entre le 30 mai et le 30 juin 2016 (passé ce délais un autre gagnant sera tiré) aux horaires suivants:
    Lundi: 9h00-18h00
    Jeudi : 9h00-20h00
    Vendredi: 9h00-20h00
    Samedi: 9h00-18h00
    Dimanche: 9h00-17h00 et ce, par ses propres moyens et à ses frais.

    Date limite de participation : dimanche 8 mai 2016 à 23h59.
    Crédit photo: montreal.lufa.com

Mes bonnes adresses du Plateau

Plateau Mont-Royal

Bonjour vous!

Dans quelques jours, je quitterai le quartier du Plateau pour aller m’installer dans Villeray. Même si je suis très excitée à l’idée de découvrir un nouveau quartier, je dois dire que c’est avec un petit pincement au cœur que je quitterai la chouette vie de quartier du Plateau. Oui parce qu’on a beau reprocher ce que l’on veut à ce quartier (notamment son invasion par les maudits Français et son côté surfait 😉 il regorge tout de même de belles adresses dont je m’ennuierai assurément. Tel un dernier hommage à mon quartier d’adoption j’ai décidé de vous dresser une petite liste de mes adresses fétiches.

– Boucherie-Sandwicherie  Dans la gueule du Loup. Cette boucherie familiale se spécialise dans la viande porcine qui provient directement de l’élevage Cochon Cent Façons à St Jacques. Vous y trouverez toutes les charcuteries et les pièces de viande possibles et inimaginables autour de la viande de cochon, tout y est de très grande qualité (viande garantie sans antibiotique) et à des prix très abordables. Mention spéciale à leur sandwichs faits-maisons parfaits pour un lunch sur le pouce.

– Boucherie Dupuy et fils
Cette boucherie  n’est pas passée inaperçue il y a 2 ans lors de son installation sur l’avenue Mont-Royal puisque celle-ci est caractérisée par sa chambre froide exposée en vitrine. Olivier Dupuy et son fils sont de véritables artisans bouchers qui travaillent exclusivement avec de petits éleveurs et producteurs québécois et tous leurs produits bénéficient ainsi d’une traçabilité irréprochable. J’adore y aller pour leurs steaks vieillis ou pour leur large choix de saucisses artisanales.

– Boulangerie Le Fromentier
Est-ce encore la peine de présenter cette boulangerie incontournable à Montréal? J’y achète mon pain toutes les semaines depuis presque 4 ans et je ne me suis pas encore lassée (même si je crois avoir pourtant essayé toutes les variétés). Mon préféré? J’hésite entre le Gros Albert ou l’Oméga Toi. À noter tous leurs pains sont fabriqués à partir de farines biologiques et leurs viennoiseries valent également le détour.
Il m’arrive parfois de faire quelques infidélités au Fromentier pour aller chez Les Copains d’abord, une autre boulangerie-pâtisserie que j’affectionne beaucoup (leurs gâteaux sont à se damner).
Oh et puis attendez, impossible de ne pas vous parler aussi de Hof Kelsten, la fameuse boulangerie qui approvisionne quelques illustres restaus à Montréal. Beaucoup de pains de tradition juive (pains au levain, tournesol, carvis), fabriqués artisanalement et tout aussi bons les uns que les autres. La place propose également des brunchs que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester mais nul doute que je reviendrai sans faute dans le quartier pour y remédier!

-Restaurant Cirkus
Gros coup de cœur pour ce restau de quartier où nous aimons aller mon chum et moi lorsque le frigo est vide et que nous voulons bien manger et nous faire plaisir. Le service est chaleureux, les plats servis extrêmement soignés et toujours préparés avec des produits de saison. La carte change régulièrement et pour l’instant nous n’avons encore jamais été déçus. Longue vie à cette chouette adresse!

Pour les dents sucrées, mon dealer préféré de chocolats, la Tablette de Miss Choco (j’en ai parlé plus longuement ici), j’y vais très régulièrement pour refaire le plein de chocolats et découvrir leurs nouveautés. C’est pour moi la place par excellence pour découvrir du chocolat « bean to bar » de grande qualité et provenant des 4 coins du monde.
Mon glacier préféré, le Bilboquet se trouvait également à 2 coins de rue de chez moi (un emplacement stratégique certes pratique mais qui peut être dangereux pour la ligne!). Pour moi, ce sont les meilleurs sorbets de Montréal (peut être à ex-æquo avec ceux de Léo le Glacier). Notez que je pourrais toujours me consoler avec leur version en pots qu’on retrouve dans les épiceries.

Et enfin, deux beaux cafés que j’avais l’habitude de fréquenter, le Moineau Masqué pour profiter en été de la jolie terrasse et le Café Plume que j’avais découvert plus récemment et pour lequel j’avais eu un gros coup de cœur. Une belle place cosy pour aller bouquiner ou discuter entre amis.

Je m’arrête ici mais je pourrais encore ajouter Les Anges Gournets (quand une rage de pasteis de natas me prend), le Big in Japan ma place « secrète » préférée pour un apéro dans une ambiance d’un autre temps ou la Salle à manger pour un bon souper entre amis.

Ôde à la gastronomie italienne

restau rome

Salut tout le monde,

Me voilà de retour d’un super voyage en France et en Italie, en pleine forme, reposée et repue de toutes les belles choses que j’ai pu voir et surtout goûter. Bon, ne partez pas en courant amis foodies, je ne vais pas vous faire un compte-rendu des musées et des monuments que je me suis coltinée pendant mes vacances, on est pas sur le forum du guide du routard ici…Non, nous allons plutôt parler de la gastronomie italienne que j’ai pu (trop) rapidement découvrir lors de mon voyage. Avant de partir et de découvrir une petite partie de ce beau pays, je dois reconnaître que j’étais assez néophyte question bouffe italienne. Je ne vous ferais pas l’affront de dire que selon moi cela se limitait aux pizzas et aux pâtes à la carbonara mais presque (je plaisante). J’avais déjà eu l’occaison de manger dans quelques bon restaurants italiens, je connaissais quelques classiques, je magasinais de temps en temps quelques produits italiens chez Milano et c’était à peu près tout. Donc autant vous dire, que j’étais plutôt loin d’être la réincarnation de Josée di Stasio.

Premier arrêt, la Sicile: métissage et authenticité.

527796305-marche-aux-fruits-bolzano-stand-de-legumes-etal-de-fruits

Bref, c’est lors de notre première escale en Sicile que mon voyage culinaire a vraiment débuté.
La gastronomie sicilienne semble se caractériser par la fraîcheur de ses produits mais également par une cuisine un peu métissée et largement influencée par ses régions et pays voisins: le Maghreb, la Grèce ou encore le reste de l’Italie.
La qualité des aliments de base est également à souligner, les poissons semblent toujours fraichement pêchés, les fruits et les légumes sont gorgés de soleil et sont juteux et savoureux. Alors certes, nous avons eu la chance d’y aller à la belle saison, à la période où le choix de produits de saison est le plus vaste mais tout de même, ici tous les produits de base sont locaux ou presque (la locavore en moi était ravie) et rares sont les aliments qui ont parcouru des kilomètres avant d’attérir dans notre assiette.
Au restaurant, les plats locaux sont cuisinés simplement: grillés, accompagnés d’aromates et d’un filet d’huile d’olive. Pas besoin d’artifice pour mettre de l’avant la qualité et la fraîcheur des produits. Une amie sicilienne m’a même confié que lorsqu’au restaurant un poisson ou des fruits de mer étaient servis noyés dans la sauce c’était souvent suspect et synonyme de produits pas très frais.
Les pâtes sont également omniprésentes mais je dois dire que j’ai plutôt préféré entamé une cure de fruits de mer et de poissons (allô, l’espadon et les calmars!)
Pêle-mêle, voici les plats siciliens avec lesquels je suis tombée en amour (liste totalement non exhaustive): la caponata (une sorte de ratatouille légèrement sucrée salée servie tiède), les arancinis et les crocchés (croquettes de pommes de terre au fromage et au persil), les gelatos (probablement les meilleures et les plus grosses de ma vie. Je n’ai en revanche pas expérimenté la fameuse gelato servie dans une brioche encore tiède…) ou encore des sortes de chaussons frits fourrés à la ricotta sucrée (oh.mon.dieu). C’est bien simple, j’ai aimé tout ce que j’ai découvert et si j’avais pu j’aurais sans doute passé 2 semaines à arpenter les restaurants et les kiosques de bouffe de rue…#indigestion

Deuxième arrêt: Rome, nutritive et savoureuse
castroni

Nous avons ensuite poursuivi notre voyage initiatique avec Rome. Afin d’éviter les restaurants attrape-touristes (ma hantise quand je voyage) j’avais, avant de partir, scrupuleusement sélectionné les restaurants et autres trattorias que je voulais essayer en glanant les bonnes adresses auprès de blogs ou d’amis.

À la base, la cuisine romaine est une cuisine plutôt rurale et populaire, faite pour être nutritive et rassasiante et si cette dernière est peut être un poil moins recherchée que sa voisine sicilienne, je dois admettre qu’à part une erreur de parcours, nous avons encore très bien mangé. J’ai poursuivi ma cure de poissons et de fruits de mer (les calmars à la romaine ne seraient pas un petit déjeuner santé?) et j’ai surtout redécouvert de nouvelles façons d’apprêter des pâtes.

J’ai au passage découvert avec stupeur que les pâtes à la carbonara que j’ai goûté jusqu’à présent et qui consistaient en un mélange de spaghettis noyés dans de la crème et agrémentés de lardons étaient en fait un blasphème total à la gastronomie romaine et étaient surtout bien loin de la recette originale. Soit, de bonnes pâtes (spaghettis ou linguines), des dès de guanciale (joue de porc séché) ou de pancetta, des oeufs, du pecorino et that’s it. Un vrai régal!

Autre coup de cœur, les pâtisseries romaines. J’ai pas mal traîné dans les pâtisseries (ou forno) durant mon séjour et je dois dire que j’y ai fait de belles découvertes. Point de gros gâteaux à la crème mais plutôt de petits sablés au miel, aux dattes ou à la confiture (parfaits pour accompagnés un bon espresso) . Beaucoup de noisettes, de noix de pins et surtout la découverte de belles marques de chocolatiers faisant du chocolat gianduja à se rouler par terre (et non je ne parle pas de Ferrero…).
En revanche, désolée amis italiens mais je n’ai vraiment pas accroché avec les fameux cornettos.

Malheureusement, ma condition de femme enceinte, m’a privé de la découverte des vins italiens (pourtant si réputés)…C’est donc avec une pointe de frustration que j’ai dû me résigner à boire du jus pamplemousse à l’apéro pendant que mon chum profitait  allègrement du prosecco et autres Tignanello. Il va donc falloir y retourner pour faire de l’œnotourisme!

Pour terminer, si vous avez eu le courage de me lire jusqu’au bout (allô, y’a encore quelqu’un?) et que la gastronomie italienne vous intéresse autant que moi, je vous invite à poursuivre la découverte en lisant les différents articles de Christelle Tanielian rédigés en collaboration avec La presse +. Ces derniers retracent son parcours à travers différentes régions de l’Italie afin de nous faire découvrir les origines et le meilleur de la gastronomie italienne.
À lire ici et .

Allez, ciao!

PS: Si vous prévoyez un voyage en Italie et que vous êtes à la recherche de bonnes adresses (bar à vin, restaurant ou épicerie fine) n’hésitez pas à m’écrire il me fera plaisir de partager mes coups de cœur avec vous.

C.H.O.C.O.L.A.T

cacao-expo

Ceux qui me connaissent savent à quel point le chocolat occupe une place plus qu’importante dans mon alimentation (quoi? mangez du chocolat 3 fois par jour ne serait pas bon pour la santé?) mais depuis peu, j’ai décidé de revoir un peu ma consommation pour me tourner vers des chocolats de meilleure qualité. En effet, le premier constat que j’ai pu faire c’est que la grande majorité des chocolats que je consommais jusqu’à présent étaient souvent bourrés de sucre et de toutes sortes de cochonneries aux noms imprononçables. Le pourcentage de véritable cacao était souvent faible et la provenance du cacao utilisé souvent bien floue. Résultat, je consommais davantage de sucre aromatisé au cacao plutôt que de véritable chocolat.

En me renseignant à droite et à gauche, j’ai découvert le chocolat « bean-to-bar ». Le principe? Le chocolatier fabrique ses tablettes à partir de fèves de cacao non torréfiées qu’il achète directement au producteur. Cela permet ainsi de réduire les intermédiaires, de développer des réseaux avec des producteurs locaux et de garantir souvent une grande qualité au produit final.
Honnêtement avant de découvrir tout cela, j’étais loin de m’imaginer à quel point les goûts pouvaient différer selon le pourcentage de cacao, le pays d’origine ou encore le processus de torréfaction. Tout comme avec le vin, je suis en train d’affiner mes goûts et mes préférences et je trouve cela fascinant!

Donc, Pâques oblige (vous le voyez arriver le marronnier?), j’ai décidé de partager avec vous mes bonnes adresses pour se sucrer le bec tranquille avec du chocolat de qualité.

La tablette de miss choco:

Ce petit magasin de l’avenue Mont Royal propose une grande sélection de tablettes de chocolat « bean-to-bar » provenant de différents pays (une vingtaine de pays producteurs sont représentés). Leur sélection est vraiment variée et la grande majorité des chocolats présentés sont issus du commerce équitable (certains sont même biologiques).
L’accueil y est chaleureux (mention spéciale à l’infusion  de cacao offerte en dégustation, c’est absolument délicieux!) et le personnel sur place est très compétent et toujours disponible pour nous conseiller et nous orienter dans notre achat en fonction de nos goûts personnels. En plus, presque tous les chocolats sont offerts en dégustation on peut donc goûter avant d’acheter!
Des ateliers de dégustation sont aussi disponibles pour ceux qui voudraient pousser la gourmandise plus loin.

Les chocolats de Chloé

Cette petite chocolaterie de la rue Duluth fabrique de délicieux chocolats faits-maison à partir du cacao Valrhona (qui fabrique également des tablettes bean-to-bar à travers un réseau de producteur au Vénézuéla notamment).
Tablettes, bouchées, truffes ou pâtisseries chocolatées tout y est alléchant! Et il y en a pour tous les goûts: noir, blanc, au lait ou aromatisé (le chocolat au basilic est surprenant!). Une jolie petite adresse.

Geneviève Grandbois

Tous les chocolats de Geneviève Grandbois sont fabriqués de façon artisanale et proviennent de grands producteurs européens comme Valrhona, Amedei ou Michel Cluizel entre autres. Les mélange du chocolat avec d’autres saveurs ou épices sont audacieux, parfois étonnants mais souvent très réussis.

Ma prochaine envie? Me lancer dans la découverte du chocolat cru.
Et vous, avez-vous des bonnes adresses à recommander?

 

 

Crédit photo: Exposition Milano